Italie: Matteo Renzi annonce la démission des ministres issus de son parti

Italie: Matteo Renzi annonce la démission des ministres issus de son parti

L'ancien président du Conseil Matteo Renzi a annoncé mercredi la démission des ministres issus de son parti, une décision qui met en péril la coalition gouvernementale conduite par Giuseppe Conte.

Italia Viva, le parti dirigé par Matteo Renzi, menaçait depuis plusieurs semaines de retirer son soutien au gouvernement pour différents motifs, parmi lesquels la remise en cause des projets de Giuseppe Conte en matière d'allocation des milliards d'euros promis à Rome dans le cadre du plan de relance de l'Union européenne.

"Être responsable, c'est faire face aux problèmes, pas les cacher", a déclaré Matteo Renzi lors d'une conférence de presse, sans toutefois exclure de soutenir un nouveau gouvernement Conte

Le dirigeant du PD, Nicola Zingaretti, a condamné cette décision, la qualifiant de "grave erreur", ajoutant qu'elle allait à l'encontre des intérêts de l'Italie.

UNITÉ GOUVERNEMENTALE ?

Si la coalition n'arrive pas à trouver un terrain d'entente, le président italien, Sergio Matarella, devra presque certainement essayer de former un gouvernement d'unité nationale afin de résoudre la crise sanitaire qui a fait 80.000 morts en Italie.

Si cette solution échoue aussi, il ne restera plus qu'à organiser un nouveau vote national.

Le bloc de l'opposition de droite appelait mercredi soir à la démission immédiate de Giuseppe Conte et réclamait de nouvelles élections, seul moyen selon eux, de garantir la stabilité du gouvernement.

Italia Viva, qui a récolté moins de 3% des suffrages lors des dernières élections législatives, est un allié turbulent du gouvernement M5S-PD de Giuseppe Conte depuis sa création en 2019 et les tensions n'ont cessé de s'accentuer ces dernières semaines.

Le président du Conseil et le M5S ont déclaré mardi qu'en cas de démission des ministres d'Italia Viva, il serait impossible de conclure un nouveau pacte de coalition avec le micro-parti centriste, ce qui semble écarter l'hypothèse d'un vaste remaniement gouvernemental soutenu par la même majorité au Parlement.